carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/03/2013

Rome s'endort-elle ?

5397276.jpgContrairement aux pronostics de beaucoup et à la volonté de certains, les cardinaux prennent leur temps avant de lancer le conclave. Accorder tous les violons n'est pas chose aisée.

Ne vous en faites pas, les cardinaux n'ont pas oublié qu'ils devaient élire leur nouveau Pape. Au grand dam des milliers de journalistes arrivés ici à Rome (on en compte en 4000 et 6000), ils ont décidé simplement de prendre leur temps, geste très significatif quant à l'état de l'Église.

Depuis lundi comme nous vous l'annoncions ici, les cardinaux se sont réunis en Congrégations générales. Ils discutent donc entre eux de l'avenir de l'Église et de l'état du monde, le but étant de dresser le profil idéal du futur Pape. Beaucoup avant ces quelques jours bien particuliers ne se connaissaient pas, et ce sont bien souvent ces derniers qui tiennent à prendre leur temps.

La plupart des cardinaux romains, ceux qui travaillent à la Curie souhaitaient que les choses avancent vite, sans doute, notamment, pour favoriser l'émergence de l'un des leurs déjà dans la place. Les autres cardinaux quant à eux, ont atterri à Rome amenant dans leur bagage ce qui se vit dans leurs pays, témoignant des situations et des contextes multiples que doivent affronter les Églises locales. Ceux-ci pour la plupart découvrent donc leurs confrères, des réalités inconnues jusqu'alors, et surtout des collègues qui n'envisagent pas du tout les choses comme eux. C'est un des défauts de l'organisation très centralisée de l'Église aujourd’hui : elle n'a pas assez réuni ses cardinaux, ignore ce que leur institution vit réellement sur les autres continents et, au moment fatidique, met parfois beaucoup de temps à s'accorder sur les voies à suivre.

Soucieux donc d'honorer la responsabilité qui leur incombe, les cardinaux, contrairement aux pronostics des journalistes, n'ont pas précipité l'entrée en conclave. « Nous prendrons le temps qu'il faudra. C'est la décision la plus importante de notre vie. Plus longues seront les négociations, meilleur sera le conclave » affirmait début de semaine le cardinal américain Sean O'Malley alors que son collègue Daniel Nicholas DiNardo précisait que « les cardinaux doivent disposer de tout le temps nécessaire pour construire leur jugement sur le fond ».

Patience, prière, écoute et discrétion sont donc les mots d'ordre que se partagent les prélats. Les cardinaux américains qui tenaient jusque mardi des conférences de presse quotidiennes ont été rappelés à l'ordre par leurs confrères. La culture de la communication n'est décidément pas la même en Europe et aux États-Unis, et l'Église malgré la diversité de son unité, préfère ne parler que d'une seule voix au monde. Seul le Père Lombardi peut donc convier quotidiennement les journalistes pour leur offrir une petite conférence officielle et bien préparée. Pour le reste, les journaux se contentent de leurs propres analyses et des bruits de couloirs. Si ce ne sont certains qui se laissent parfois aller en off à quelques confidences, les cardinaux, soucieux de leur indépendance et de la sérénité des débats internes demeurent discrets.

Dans la chapelle Sixtine les travaux se préparent pour accueillir le conclave dont la date d'ouverture devrait tout de même être annoncée ce jeudi ou ce vendredi. Dans les rues de la capitale italienne, les Romains aiment regarder les cardinaux de tous les pays se promener dans leurs rues. Parfois poursuivis par une meute de caméras ils restent mutiques, avançant doucement les mains derrière le dos. « Regarde, lui il connaitra les secrets du conclave, il va élire le Pape » souffle un père à l'oreille de son fils. « Et ce sera peut-être le nouveau Benoit XVI » ose même ce dernier très intrigué.

À Rome, Bosco d'Otreppe