carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/03/2013

“Le vrai pouvoir est le service”

RTR3F2J4.jpg

La tendresse “n’est pas la vertu du faible”. “Nous ne devons pas avoir peur de la bonté, de la tendresse.” “Nous sommes gardiens de l’autre, de l’environnement […] Mais pour 'garder', nous devons aussi prendre soin de nous-mêmes !”

Avec une simplicité qui fait désormais son style, mais aussi avec solennité, le pape François a voulu lancer les catholiques et le monde sur le chemin du service et de l’attention.

Sous un ciel de printemps, la messe inaugurale de son pontificat a d’ailleurs été voulue comme étant la moins empruntée possible, et cela malgré la présence du gotha international, de rois, de reines, de princes, de présidents, de ministres, de délégations officielles venues de 132 pays, de nombreux représentants d’autres religions, et surtout de 150.000 pèlerins.

Ainsi, sous les applaudissements, les vivats et dans une nuée de drapeaux, le pape pasteur , comme de nombreux catholiques le surnomment déjà, a fait le tour de la place dans sa papamobile, n’hésitant pas à s’arrêter pour bénir les plus faibles avant d’entamer la messe.

Car François, comme on l’appelle déjà amicalement, n’a laissé personne indifférent depuis son élection mercredi passé. Mieux même, il a conquis le cœur de très nombreux catholiques. “Ce n’est pas un sous-Benoît XVI, nous explique un journaliste local. Il a une personnalité propre, chaleureuse, spontanée qui touche énormément de gens. Quand il parle à une foule, on a l’impression qu’il s’adresse personnellement à chacun de nous.”

Et c’est vrai, s’il donne des sueurs froides au service de sécurité en improvisant des bains de foule et en allant embrasser ou serrer les mains des passants, ceux-ci le vénèrent déjà comme étant le pape qui redonnera “fierté aux catholiques d’être membres de l’Église”.

Ce mardi matin, ce ne fut pas la foule attendue par les autorités, qui s’étaient préparées à la venue d’un million de personnes, mais les pèlerins que nous avons pu rencontrer se retrouvaient à nouveau totalement dans l’homélie du pape “simple, mais profonde” comme ils nous le répétaient.

Prendre soin des autres, des plus faibles, de la vie dans son entièreté et donc aussi de la nature et de la création, tels furent les grands thèmes du discours du pape. “Le vrai pouvoir est le service.” Sans doute est-ce par ces mots cités dans l’homélie que l’on peut résumer cette première semaine et la tonalité d’un nouveau pontificat.

Saint Joseph, dont c’était la fête aujourd’hui, a veillé sur sa famille “avec discrétion” , a expliqué le pape, “avec humilité, dans le silence, mais par une présence constante et une fidélité totale” .

On sent que François aime ce grand saint, et qu’il espère suivre son exemple pour veiller sur les siens.

Loin des caméras du monde entier qui s’étaient réunies autour de la place Saint-Pierre, le Vatican va maintenant retrouver son calme, et le pape découvrir ses chantiers; car de la gouvernance du Vatican à la nouvelle évangélisation, ils ne manquent pas.

Bosco d’Otreppe

12:25 Publié dans Religion | Tags : pape, messe, rome, vatican, catholicisme, francois | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

13/02/2013

Émotion et gravité lors de l'ultime messe publique du Pape

latin,pape,benoitXVI,démission,vaticanSous les fresques des plafonds, sous les statues des plus grands artistes de la Renaissance, l'ambiance est décidément très solennelle. Suivi avec application par les caméras présentes en nombre, les appareils photos et les GSM, le pape s'avance doucement vers le tombeau de Saint Pierre au dessus duquel se dresse l'autel de la basilique.

Le chœur entonne la litanie des saints, prélude à la messe du Mercredi des cendres, alors que les gardes suisses, impassibles, observent pour la dernière fois en ce lieu, le pape, à qui ils ont prêté allégeance, entonner la prière.

Cette célébration est bien la dernière grande messe du pontificat de Benoit XVI, et à voir la file des croyants qui serpentait déjà plusieurs heures avant la célébration tout au long de la place Saint-Pierre, on se dit que les catholiques ne laisseront pas partir leur pape sans lui accorder un ultime et vibrant hommage.

Pourtant, le pape n'est pas en tournée d'adieu, et il l'a bien fait comprendre lors de son homélie. Il est ici pour engager ses fidèles sur l'exigeant chemin du Carême qui commence aujourd'hui pour les catholiques.

Lors d'une homélie au ton très grave, Benoit XVI a voulu dénoncer « l'hypocrisie religieuse, le comportement de ceux qui veulent paraître, les attitudes qui recherchent les applaudissements et l'approbation », il a regretté que le visage de l'Église soit « parfois défiguré », et dénoncé l'incohérence de ceux qui se disent prêts à « déchirer leurs propres vêtements, face à des scandales et des injustices, naturellement perpétrés par d'autres », mais ne sont pas « prêts à agir sur leur propre coeur, sur leur conscience et sur leurs intentions ».

Pour le pape, ce Carême doit être l'occasion pour les croyants de surmonter les individualismes et de s'engager vers la communion de l'église qui connait, comme il l'a regretté, tant de divisions en son sein : « Vivons ce Carême joyeusement » et « revenons à Dieu de tout notre cœur ».

La messe touchant à sa fin, les fidèles n'ont pas manqué d'applaudir leur pape pendant de très longues minutes, alors que les évêques ôtaient leur mitre dans un signe de grand et profond respect.

 

Retraversant alors la foule et les applaudissements, tout petit dans l'immensité de cette basilique, ému, fatigué et amaigri, s'excusant presque d'être là aurait-on dit, le pape s'en est retourné, lançant néanmoins le carême, temps de confiance, d'attente et de prière pour les catholiques.

Qui sait cependant ce que ces 40 jours réserveront à leur Église ?

Bosco d'Otreppe

 

21:46 Publié dans Catholicisme, Religion | Tags : messe, pape, benoitxvi, vatican | Lien permanent | Commentaires (0) | | |