carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/03/2013

"Le Saint Esprit vous a bien eus"

Un Pape venu de loin a surpris pèlerins et journalistes. Mais hier soir à Rome, la foule fut joyeuse et attend l'avenir avec impatience.


L'Élection du Pape François di KTOTV

19h Place Saint-Pierre. Il fait nuit, il pleut. Des dizaines de milliers de fidèles scrutent, fébriles, une simple cheminée qui s'échappe des toits de la Chapelle Sixtine. Ils sont entre amis, en famille, ils reviennent du boulot en marchant d'un pas pressé sous leur parapluie. On croise énormément de prêtres, des sœurs, des moines aussi. Depuis 24 heures, le toit d'une chapelle de la Renaissance et l'identité d'un futur Pape rassemblent les catholiques et la ville de Rome. Parce qu'ici, en Italie, le Pape c'est « quelqu'un », une « présence », même pour ceux qui n'ont pas la foi. Bref, la place Saint-Pierre attend, et la pluie ne la décourage pas.

19h05 Ca y est ! Une fumée s'échappe ! Elle est... noire, non blanche... grise ? On hésite, on se regarde. Oui elle est blanche ! Belle et bien blanche! Viva el Papa, Habemus Papam, les catholiques ont un Pape ! La foule explose littéralement, les gens s'embrassent et s'étreignent joyeusement. Les cloches de la Basilique résonnent à tout rompre. Le moment est grisant, haletant, historique.

Mais il faut attendre maintenant. Et puis, qui est ce Pape ? Tout le monde se lance dans les derniers pronostics. O'Malley ? Ouellet, Scola ? Scherer ? Sur les toits du Vatican, les statues de 140 saints regardent frémir leur Église.

20h12 Une heure d'attente ! La patience est la reine des vertus au Vatican. Pourtant la foule est joyeuse, de cette joie d'être ensemble qui a caractérisé l'Église depuis quatre semaines malgré la période inédite qu'elle a traversée. Mais ça y est, derrière le balcon central de la Basilique le rideau bouge, la foule s'anime, et arrive le Cardinal Tauran. « Je vous annonce une grande joie » lance-t-il en latin à des pèlerins qui se taisent de suspens. « Nous avons un Pape. Il s'agit du Cardinal Jorge Mario Bergoglio ». « Qui ? » se demandent les catholiques inconsciemment. « Le Saint-Esprit vous a bien eus », lance aux journalistes une joyeuse bonne soeur. C'est vrai personne ne s'y attendait vraiment. « Mais il vient d'où ? De quel pays ? » demande une autre tout excitée. « De l'Argentine, c'est le premier pape des Amériques. Et en plus il prend un nom inédit » explique un confrère. « Est-on au bout de nos surprises ? »

20h22. Le Pape est là, tout de blanc vêtu. Les catholiques plissent des yeux pour reconnaitre son visage et lui, leur adresse un tout petit salut. Silence. Il regarde la place et ne dit rien pendant de longues secondes. La foule attend, intriguée et amusée. « Frères et soeurs bonsoir » dit alors le nouveau Pape. « Mes frères cardinaux semblent m'avoir cherché au bout du monde ». Ouf ! La place éclate de rire et lui rend son salut par une grande ola spontanée. Mais quand il parle, tout le monde se tait. Très vite alors le premier pontife argentin impose son style. Il remercie sous les applaudissements et les remerciements émus des catholiques son prédécesseur, Benoit XVI. Il entonne le Notre Père, prie le Je vous salue Marie avec son peuple, l'encourage à « entreprendre un chemin d'amour et de fraternité » .

Le Pape François est un homme de Dieu, c'est certain. Et avant de bénir les siens, il leur demande humblement de prier pour lui. Il s'est choisi le prénom de François, celui du grand saint d'Assise qui prônait la simplicité, l'attention aux pauvres et le respect de la nature. « Tout ce dont nous avions besoin non ?» explique Giullia une jeune romaine.

Les catholiques ont leur Pape, on les entend soulagés et heureux. Rome retrouve le calme de la nuit, et le nouveau Pape François surement aussi.

Bosco d'Otreppe