carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/02/2013

Le pape savait qu'il n'y avait « plus grand chose » à attendre de son pontificat

vatican,rome,pape,benoit XVIPour autant, ce n'est pas à cause de la fameuse affaire du Vatileaks qu'il a démissionné.

C'est dans le livre « Lumière du monde » du journaliste Peter Seewald que le pape avait pour la première fois explicité ouvertement la possibilité de démissionner.

En août dernier, ce même journaliste a une nouvelle fois rencontré le pape, comme il le raconte dans un entretien à paraitre ce lundi dans le magazine Focus. Ensemble, ils ont beaucoup parlé de l'affaire du Vatileaks et de la fuite de documents confidentiels volés dans les appartements du pape par son majordome en qui il avait mis toute sa confiance.

À en croire le journaliste, ce n'est pas à cause de cette affaire que le pape a démissionné, même s'il fut très affecté et plongé dans une grande incompréhension. Comme l'explique Radio Vatican, le pape a confié au journaliste qu’il n’était pas tombé dans une sorte de désarroi ou de douleur indescriptible, mais qu'il était à bout de force fatigué par la rédaction de son dernier opus L'enfance de Jésus.

Quand le journaliste lui a alors posé la question de ce que l'on pouvait encore attendre de la suite du pontificat, le pape a alors répondu : « plus grand chose. Je suis un vieil homme, mes forces s'épuisent. Je crois aussi que ce que j'ai fait peut suffire ».

 


 

13/02/2013

Émotion et gravité lors de l'ultime messe publique du Pape

latin,pape,benoitXVI,démission,vaticanSous les fresques des plafonds, sous les statues des plus grands artistes de la Renaissance, l'ambiance est décidément très solennelle. Suivi avec application par les caméras présentes en nombre, les appareils photos et les GSM, le pape s'avance doucement vers le tombeau de Saint Pierre au dessus duquel se dresse l'autel de la basilique.

Le chœur entonne la litanie des saints, prélude à la messe du Mercredi des cendres, alors que les gardes suisses, impassibles, observent pour la dernière fois en ce lieu, le pape, à qui ils ont prêté allégeance, entonner la prière.

Cette célébration est bien la dernière grande messe du pontificat de Benoit XVI, et à voir la file des croyants qui serpentait déjà plusieurs heures avant la célébration tout au long de la place Saint-Pierre, on se dit que les catholiques ne laisseront pas partir leur pape sans lui accorder un ultime et vibrant hommage.

Pourtant, le pape n'est pas en tournée d'adieu, et il l'a bien fait comprendre lors de son homélie. Il est ici pour engager ses fidèles sur l'exigeant chemin du Carême qui commence aujourd'hui pour les catholiques.

Lors d'une homélie au ton très grave, Benoit XVI a voulu dénoncer « l'hypocrisie religieuse, le comportement de ceux qui veulent paraître, les attitudes qui recherchent les applaudissements et l'approbation », il a regretté que le visage de l'Église soit « parfois défiguré », et dénoncé l'incohérence de ceux qui se disent prêts à « déchirer leurs propres vêtements, face à des scandales et des injustices, naturellement perpétrés par d'autres », mais ne sont pas « prêts à agir sur leur propre coeur, sur leur conscience et sur leurs intentions ».

Pour le pape, ce Carême doit être l'occasion pour les croyants de surmonter les individualismes et de s'engager vers la communion de l'église qui connait, comme il l'a regretté, tant de divisions en son sein : « Vivons ce Carême joyeusement » et « revenons à Dieu de tout notre cœur ».

La messe touchant à sa fin, les fidèles n'ont pas manqué d'applaudir leur pape pendant de très longues minutes, alors que les évêques ôtaient leur mitre dans un signe de grand et profond respect.

 

Retraversant alors la foule et les applaudissements, tout petit dans l'immensité de cette basilique, ému, fatigué et amaigri, s'excusant presque d'être là aurait-on dit, le pape s'en est retourné, lançant néanmoins le carême, temps de confiance, d'attente et de prière pour les catholiques.

Qui sait cependant ce que ces 40 jours réserveront à leur Église ?

Bosco d'Otreppe

 

21:46 Publié dans Catholicisme, Religion | Tags : messe, pape, benoitxvi, vatican | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

12/02/2013

La fin d'un règne et la résurrection du latin?

libération,latin,pape,benoitXVI,démission,vaticanAlors que Libération se targuait ce mardi matin d'un éditorial en latin (le voici traduit), l'AFP nous racontait cette "revanche de la culture dans la préparation des futurs journalistes".

La décision de Benoît XVI de démissionner a été donnée en première mondiale par une journaliste de l'agence italienne Ansa, qui a su saisir les paroles cruciales et totalement inattendues du pape alors que celui-ci s'exprimait en latin. "Notre vaticaniste Giovanna Chirri était en train d'écouter le discours du pape devant le Consistoire", a expliqué à l'AFP le directeur de l'information de l'agence italienne de presse, Luigi Contu. "A un moment, il s'est arrêté de parler du Consistoire. Notre journaliste a compris qu'il disait qu'il était fatigué, que la pression était trop forte et qu'il allait arrêter."

Giovanna Chirri a aussitôt appelé le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, pour confirmer ces propos mais n'a pas réussi à le joindre immédiatement. C'est au moment où elle discutait avec sa rédaction-en-chef de l'opportunité de se fier à sa propre connaissance de la langue de Virgile que le père Lombardi l'a rappelée et a confirmé la nouvelle historique.

Celle-ci est tombée sur les fils d'Ansa à 11h46, reprise aussitôt par les agences du monde entier. "C'est une revanche de la culture dans la préparation des futurs journalistes", a commenté en souriant Luigi Contu.

Félicitée par ses collègues sur les réseaux sociaux, la journaliste a eu le triomphe modeste: "Le latin de Benoît XVI est très facile à comprendre", a-t-elle tweeté.

AFP