carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/02/2013

Qui gouverne l'Église ?

cardinaux,vatican,curie,benoitXVI,pape,catholicismeVous avez toujours rêvé de comprendre le Vatican en 5 minutes ? Allez c'est parti, on tente le coup !

 Avant tout, trois petites remarques sont essentielles pour nous lancer dans une aventure très technique.

Que l'on soit croyant ou non croyant, n'oublions jamais que pour l'Église, le grand chef, celui qui règne au cœur du catholicisme, c'est le Christ lui-même, et qu'au Vatican son message est la pierre angulaire sur laquelle s'appuie ou devrait s'appuyer toute décision. L'organisation de l'Église dont nous allons parler vise donc à témoigner de ce message, et à unifier les croyants autour de ce message.

 N'oublions pas non plus que l'Église rassemble plus d'un milliard de fidèles sous ses ailes. Bon gré mal gré, ceux-ci se réfèrent à l'autorité du Pape. Au large des continents, à travers des cultures si différentes, comprenons que ce n'est pas une sinécure pour le Vatican de réunir tant de monde sous son autorité morale. Les débats y sont donc parfois houleux, parfois difficiles, mais surtout quotidiens. Face à l'inertie naturelle d'une si grande machine, nous ne nous en rendons pas toujours compte.

Enfin, distinguons avec précision le Saint-Siège de la Cité du Vatican. Le premier, sous la souveraineté morale du Pape, est reconnu par les instances internationales, mais n'est pas une entité territoriale. La Cité du Vatican, quant à elle, est le plus petit État du monde, et constitue cet ancrage territorial du Saint-Siège sur lequel le Pape est un souverain de droit absolu, qui concentre entre ses mains les pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif.

Le Pape

Pour l'Église, le Pape est le premier responsable en toute chose. C'est le successeur de Saint Pierre à qui Dieu avait confié la charge de tout le troupeau. Il exerce donc un pouvoir plénier, suprême et universel. Élu par les cardinaux durant le conclave, le Pape est celui qui doit présider à l'unité, qui doit jeter des ponts entre les chrétiens et les Églises, c'est à ce titre qu'il est appelé Souverain Pontife.

Le premier ministre

Pour l'aider dans sa fonction de gouvernance, il est épaulé par une sorte de premier ministre, appelé très officiellement le Cardinal secrétaire d'État par qui tous les dossiers importants passent, et qui est à la tête de la Secrétairerie d'État (bref, c'est un homme capital et incontournable dans l'organisation de l'Église, son choix n'est jamais innocent, et sous Benoit XVI, il s'agissait du Cardinal Tarcisio Bertone).

La Secrétairerie d'État

La Secrétairerie d'État justement est le « point de convergence de tous les services du Saint-Siège ». Elle a pour fonction d'aider le Pape dans la gouvernance de l'Église et de coordonner son ensemble. C'est donc un service extrêmement important qui est divisé en deux sections : l'une est chargée des affaires internes de l'Église, l'autre des relations diplomatiques de l'Église. Elle a donc notamment sous sa responsabilité la diplomatie du Saint-Siège constituée des nombreux nonces apostoliques qui sont les ambassadeurs. Experte, mais discrète, la diplomatie de l'Église bénéficie de services de renseignements très compétents. Beaucoup vont jusqu'à affirmer que le Vatican est un des États les mieux renseignés au monde.

La Curie

Sous cette Secrétairerie d'État, nous retrouvons ce que l'on appelle la Curie, et qui est constituée des dicastères (que l'on peut comparer à des ministères) que sont les 12 conseils pontificaux1 et les 9 congrégations2.

Les congrégations se différencient des conseils pontificaux en ce qu'elles touchent essentiellement à des questions religieuses, alors que les conseils pontificaux se penchent surtout sur des aspects juridictionnels et exécutifs qui tentent de répondre aux besoins de chaque époque.

Notons aussi qu'il existe au sein de la Curie trois tribunaux3, et de nombreux services et institutions qui s'occupent des universités, du patrimoine, des archives... de l'Église.

Au total, 2700 personnes travaillent pour le Vatican. On en compte 400 pour le gouvernement en tant que tel du Saint-Siège.

Le synode et le rôle des évêques

Il ne faut pas oublier que l'Église est construite à l'image de ce que le Christ avait institué en son temps. L'ensemble des Évêques, appelé collège épiscopal et dont fait partie le Pape, représente le groupe des douze apôtres qui marchaient à la suite de Jésus.

En dehors de la Curie, ce collège est lui aussi sujet d'un pouvoir suprême et plénier, qui ne peut cependant s'exercer qu'avec le consentement du Souverain Pontife.

Cinq fois durant son pontificat, Benoit XVI a rassemblé les évêques du monde lors de ce que l'on appelle les synodes (mot qui signifie en Grec avancer ensemble). Durant ces minis conciles, les évêques témoignent de leurs expériences et réfléchissent autour d'un thème prédéfini. Les derniers synodes ont ainsi traité de la nouvelle évangélisation, de l'Eucharistie, de la Parole de Dieu, de l'Afrique et du Moyen-Orient.

Les polémiques

Outre les intrigues de pouvoir qui ont notamment été révélées par l'affaire du Vatileaks, outre le manque de transparence de l'Église si souvent critiqué, beaucoup de controverses ont visé ces dernières années l'organisation de la Curie elle-même, et la place accordée au collège épiscopal.

Concernant la Curie, le 10 mai 2009 déjà, Jean Sevillia écrivait pour le Figaro Magazine que « les mécanismes de la curie, sous l’angle de la rationalité, ne sont guère logiques : les informations ne passent pratiquement pas d’un dicastère à l’autre, et les domaines d’intervention de chacune des congrégations ou des conseils ne sont pas toujours délimités, si bien que deux prélats peuvent sans le savoir se pencher sur le même dossier. »

Il existe bien au sein de l'Église ce que l'on appelle le collège des cardinaux, mais il ne peut être véritablement considéré comme un corps constitué et ne suffit plus à maintenir de véritables relations entre les cardinaux.

Mais les critiques ont visé également le manque d'importance attribuée au collège épiscopal qui, pour beaucoup, pourrait devenir une sorte de parlement qui rapprocherait alors l'Église de l'idéal démocratique. La question est cependant très difficile. Comme l'expliquait Frédéric Mounier dans le journal La Croix de ce 18 février, l'Église s'inspire d'une conception juridique orientale : « sans nier les différences hiérarchiques ou fonctionnelles, ni surtout l'autorité du primat (pape ou évêque), les membres de l'Église se mettent ensemble, sous la conduite d'un patriarche (pape ou évêque) à l'écoute de l'Esprit. Tout synode est ainsi un acte véritablement liturgique, et non parlementaire. (...) Au-delà de la recherche d'un consensus, il s'agit de rechercher ce qu'il faut selon la volonté des personnes et celle de Dieu. D'où cette difficulté à évaluer le système de gouvernement de l'Église selon des critères exclusivement sociologiques.»

La question de la démocratie et de l'Église est très vaste et très difficile (nous pourrons y revenir), mais au-delà de cette conception juridique orientale, de nombreux catholiques regrettent la centralisation du pouvoir dans l'Église, et attendent du prochain Pape qu'il mette en place un véritable synode qui aurait alors un pouvoir délibératif, et pourrait être plus à l'écoute de ce qui se vit sur le terrain.

Bosco d'Otreppe

 

 

1Les 12 conseils pontificaux sont ceux pour les laïcs, la promotion de l'unité des chrétiens, la famille, la « Justice et Paix », « Cor Unum », la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, la pastorale de la santé, l'interprétation des textes législatifs, le dialogue interreligieux, la culture, les communications sociales, la promotion de la nouvelle évangélisation.

 

2Les 9 congrégations sont celles pour : la doctrine de la foi, les Églises orientales, le culte divin et la discipline des sacrements, les causes des saints, les évêques, l'évangélisation des peuples, le clergé, les Instituts de vie consacrée les Sociétés de vie apostolique, l'éducation catholique.

 

3Les trois tribunaux sont : la pénitencerie apostolique, le tribunal suprême de la signature apostolique et le tribunal de la Rote romaine.

 

12/02/2013

Voici le monastère où le pape va se retirer

De « la bande à Pucci » aux tweets de Benoit XVI

 

Quand les murs du Vatican avaient de véritables oreilles, et que les journalistes partageaient leur table avec les pompiers. Petite histoire des médias au Saint-Siège.

tweet.jpgLe monde de la presse a décidément bien changé. Imaginez-les, il y a cent ans, les trois uniques journalistes qui suivaient l'actualité vaticane. Dans le milieu on les appelait « la bande à Pucci » du nom de cet ancien prélat de la secrétairerie d'État (ministère très proche du Pape) qui était passionné par les journalistes et qui accueillait bien volontiers sa petite bande. À l 'époque toujours, ils partageaient en guise de salle de presse le local des pompiers qui, spartiate, avait pourtant beaucoup d'avantages : il était situé tout près de l'entrée du palais apostolique et permettait d'observer les allers et venues du Vatican, mais surtout il offrait de pouvoir accéder directement à cette fameuse secrétairerie dans laquelle la salle d'attente n'était séparée des bureaux que par de frêles parois de bois qui permettaient aux journalistes de surprendre les confidences et discussions privées.

Durant de nombreuses années, les médias européens se sont contenté des articles envoyés par ces quelques correspondants, jusqu'au jour ou eux aussi ont voulu profiter de la proximité avec le Saint Siège. La bande des vaticanistes s'est alors agrandie, et la salle de presse s'est organisée pour atterrir au 54 Via de la Conciliazione où elle se situe toujours, et où elle accueille aujourd'hui pas moins de 380 journalistes accrédités en permanence.

Le silence est d'or

Si ce n'est via ses organes plus ou moins officiels (Radio Vatican, L'Osservatore Romano seul journal non distribué dans le pays où il est édité - nous y reviendrons lors d'une prochaine interview), le Vatican s'est toujours montré discret et un peu frileux vis-à-vis de la presse. Que pourrait-elle lui apporter finalement cette corporation qui apprécie tant jeter sur ses coupoles un parfum de mystère si ce n'est de scandales? Suivre le Pape ou interviewer un Cardinal relève du parcours du combattant pour un journaliste, et les dernières affaires qui ont éclaboussé le Saint-Siège (Vatileaks, pédophilie...), n'ont rien arrangé.

Pourtant, comme le rappelle Caroline Pigozzi dans son livre Le Vatican indiscret, le charismatique et médiatique Jean-Paul II avait établi un dialogue constructif avec les journalistes. Benoit XVI, d'un naturel beaucoup plus discret et timide a consciemment ou inconsciemment rendu au Vatican sa réputation d'être le lieu le plus fermé de la planète. « Le silence fait partie intégrante de la communication. Sans lui, aucune parole riche de sens ne peut exister » avait d'ailleurs tenu à rappeler le Pape le 20 mai 2012 lors de la Journée mondiale de la communication.

Aujourd'hui, selon certains, le Saint Père s'est pris d'un véritable intérêt pour les tablettes et les réseaux sociaux. Avec des sites modernisés et une présence accrue sur le net, la communication du Saint-Siège s'est d'ailleurs sensiblement modernisée ces dernières années, voulant absolument faire preuve de plus de transparence (sur cela aussi nous y reviendrons très prochainement)

L'effroi de la page blanche

Ce mardi matin, au lendemain du séisme qui a touché l'Église, les journalistes furent très nombreux à accourir vers la conférence de presse matinale. Comme toujours, le sobre Padre Lombardi, directeur de la salle de presse, a répondu avec pondération aux nombreuses questions qui fusaient dans toutes les langues. Ce jésuite fidèle semble représenter à lui seul ce qu'est la communication vaticane aujourd'hui. Avec une patience et un calme à toute épreuve il tente de désamorcer les bombes, de tordre le coup aux rumeurs, de rassurer ses ouailles. Les médias (et ce n'est pas toujours un défaut) sont friands de surprises, de retournements de situations, de spectacles, de bruits de couloirs... Pas de chance, avec le Père Lombardi ils n'obtiendront rien.

Ce que va faire le Pape après le 28 février ? On verra... Ce qu'il va faire avant le 28 février ? Ce qui était prévu, rien de plus, rien de moins... Quel sera son titre ? Sa fonction ? Son rôle ? Son influence ? Attendons, le Pape réfléchit, prenons le temps d'envisager les choses... Comment va se dérouler le conclave ? Comme cela est prescrit par le droit canon.

Décidément, entre les journalistes qui doivent nourrir leurs flashs de nouvelles toujours plus fraîches et sensationnelles, et le Vatican qui entend ne pas faire trop de vagues, il y aura toujours deux conceptions du temps et des événements inconciliables, et cela, quels que soient les tweets estampillés @Pontifex.

Bosco d'Otreppe