carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/04/2014

Le pape François auprès de ses périphéries

 lavepied_pape.jpg

Petite chronique subjective du Jeudi saint, mais petite chronique quand même. Car si pour les chrétiens nous sommes tous égaux, cela veut dire que nous sommes tous concernés par leur regard, alors autant le comprendre.

Le pape François sait ce que veut dire joindre la parole aux actes. Alors qu'il y a un an, pour célébrer le Jeudi saint, il s'était rendu dans une prison du nord de Rome, qu'il s'était agenouillé et qu'il avait lavé les pieds de plusieurs détenus, en mémoire de ce que fit Jésus 2000 ans plus tôt, voici qu'il a choisi de se rendre cette fois-ci auprès des personnes très âgées et malades accueillies par la fondation italienne Don Carlo Gnocchi.

« La pape François touche juste » expliquait sur son blog Isabelle de Gaulmyn, journaliste pour le quotidien La Croix. « Ces maisons sont des lieux de pauvreté, pauvreté morale et physique, de nos sociétés développées. Sans doute nos villa miseria (bidonvilles en Argentine) à nous, une de ces périphéries où le pape invite les chrétiens à aller.

« Dans ces instituts, on ne fait souvent rien d’autres qu’attendre la mort. Devant des postes de télévision omniprésents, où défilent des émissions sans intérêt, les personnes âgées sont sur leurs fauteuils roulants, à moitié assoupies, le regard perdu dans un passé qui peine à se retrouver. Les journées se ressemblent, rythmées par un lever tardif, et un coucher anticipé. Certains, violents, doivent être isolés. D’autres ne font que parler, des bribes de phrases sans sens. D’autres encore se disputent, comme des gamins. Le grand âge est une forme d’enfance, mais une enfance sans espoir. »

Cette enfance sans espoir qui touche tant d'ainés est universelle, et ceux qui (infirmiers, bénévoles, familles, médecins...) au quotidien se battent, sans espoir, mais avec espérance, pour la rendre plus digne et pour la rendre meilleure, se retrouvent également partout, sans que bien souvent on puisse les admirer au grand jour.

Aujourd'hui d'ailleurs, l'euthanasie, l'utilitarisme, mais aussi les charges humaines et financières qui accompagnent la vie jusqu'à son dernier souffle nous interrogent, sans que nous osions toujours nous l'avouer, sur la valeur intrinsèque de toute existence.

Nul ne sait encore ce que dira le pape à ces personnes âgées et malades. L'essentiel pour lui sera de toute façon la prière, la communion et les Évangiles qu'il partagera à leurs côtés. Car s'il y a bien une chose que rappelle leur foi aux chrétiens, c'est que tous, qui que nous soyons, quoi que nous fassions ou que nous ne puissions plus faire, sommes égaux en dignité, car aimés pour ce que nous sommes. Que chacun, quoi qu'il lui arrive est capable de recevoir et de refléter une bribe d'éternité. Dit comme ça, bien sûr c'est sans doute un peu kitch, un peu pieux, un peu sermon ; mais parfois, pour qui y croit, ça aide à traverser quelques maux de tête, et à regarder l'autre pour ce qu'il est et pour ce qu'il nous offre.

Bosco d'Otreppe à Rome

14/04/2014

Les chrétiens sont-ils encore capables de débattre?

51886_dispute-sainte-trinite_440x260.jpg

Ou bien se rangent-ils trop souvent du côté des extrêmes, en opposition constante avec la société ? Ce sont là quelques bribes de questions soulevées cette semaine par plusieurs médias. Tour d'horizon à retrouver ici-même.

09/04/2014

"Toi aussi"

Petit clin d'oeil du jour relevé par l'agence I.Media.

580529_le-pape-francois-lors-de-son-audience-generale-le-3-avril-2013-au-vatican.jpg

[Place Saint-Pierre-audience du Pape devant des dizaines de milliers de pèlerins-Mercredi ensoleillé]

- Un pèlerin criant depuis la place : Pape François, tu es unique

- Pape François spontanément : Toi aussi, il n'y en a pas deux comme toi

 

(Voilà, c'est juste ça le pape François, ou plutôt, c'est tout à fait ça le Pape François)

10:43 Publié dans Catholicisme, Religion, Rome | Lien permanent | Commentaires (0) | | |