carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/03/2013

Pape François : prologue

 Impressions, sentiments du moment, chronique personnelle ; n'engage que la conversation.

pape_labonne--672x359.jpgRegardez cette photo, c'est la photo la plus incroyable que le Vatican nous ait confiée depuis de très longues années. Deux papes tournés vers leur Dieu, agenouillés sur le même banc. Qui aurait imaginé une telle image il y a deux mois encore ?

Benoit en héritage...

Le 11 février dernier, la renonciation de Benoit XVI a touché le monde, surpris, réjoui, réveillé, mais aussi troublé et bousculé une Église qui se démène en pleines bourrasques (scandales de pédophilie, vols de documents, crise des vocations...). « Un pape ne descend pas de la croix » avait d'ailleurs commenté dépité le Cardinal Dziwisz qui, même en revenant sur ses propos, illustrait ce sentiment d'abandon ressenti par de nombreux catholiques.

Aujourd'hui d'ailleurs, personne ne peut encore réaliser l'ampleur et les conséquences d'une telle renonciation. La fonction pontificale ne sera plus jamais considérée comme avant, peut-être même a-t-elle fondamentalement changé.

Pour autant, qu'on se le dise, ce 11 février le Pape Benoit XVI est resté fidèle à lui-même. « Tout au long de sa vie, il avait tenu à réconcilier foi et raison » confirme Charles de Pechpeyrou, journaliste pour l'agence I.Media. « Il a, cette année, examiné sa conscience, et posé le geste qui lui semblait le plus indiqué. » Il sait aussi que cette charge pontificale n'est pas sacramentelle, « et qu'après la longue maladie de Jean-Paul II, l'Église n'était plus capable de vivre une telle épreuve ». Les temps changent vite, trop vite pour le théologien qu'il est, et il ne sentait plus en lui la force de guider cette immense institution. Sa liberté et son humilité ont fait le reste...

François en surprise...

Depuis lors, l'eau a coulé sous les ponts de l'Église. Le conclave est passé par là, nous a livré ses surprises tout en gardant ses secrets. En à peine dix jours, le Pape François a conquis une foule innombrable par ses mots simples, ses gestes humbles, son attention aux plus petits. Pourtant, lui non plus ne fait pas l’unanimité. Si la polémique concernant son rôle au cours de la dictature argentine semble s’essouffler1, certains catholiques fervents ont peur de voir en ses gestes une nouvelle désacralisation de la fonction pontificale. La question mérite d'être posée, mais ce n'est en tout cas pas la volonté première d'un Pape argentin qui ne souhaite qu'une chose : revenir sincèrement à la vérité des évangiles.

...et trois papes pour une foi

Depuis le 11 février d'ailleurs, nous avons apprécié comparer les gestes posés par Jean-Paul II et Benoit XVI d'un côté, par Benoit XVI et François de l'autre. Pourtant, si les comparaisons méritent d'être abordées, il serait faux d'opposer les trois souverains. Tous ont souhaité éclairer le même message, la même Vérité, la leur, sous un angle différent ; tous ont eu, et ont encore le même souci d'humilité face au Christ.

Jean-Paul II est resté Pape jusqu'au bout, assumant sa finitude et souhaitant montrer la valeur de la vie humaine, même abimée par la maladie et la mort prochaine. Benoit XVI avec sa personnalité et dans le contexte que l'on connait a posé un geste radicalement différent, mais porteur du même sens que celui de son prédécesseur : tous les deux ont accepté leurs failles, rappelé qu'un pape n'est que de passage, et guidé notre regard vers la tête d'affiche éternelle, c'est à dire, pour l'Église, Dieu himself Mesdames et Messieurs.

Aujourd'hui, François, ne se présente pas comme Benoit XVI. Dans la forme tant de choses les opposent, mais dans le fond, les soucis d'humilité et de vérité restent identiques, tout comme la logique doctrinale.

Pour autant, l'image de l'Église ne sera plus la même sous son règne. Fort d'un caractère entier, armé de son sourire et de sa spontanéité, François s'adresse au monde avec beaucoup d'aisance, et touche un public très large. « Son discours est positif » souligne un prêtre, « et porte en lui le rapport cordial que Dieu entretient avec le monde ». Sans doute est-ce là la synthèse la plus juste concernant les volontés d'un Pape qui souhaite s'attaquer en des termes nouveaux aux pauvretés matérielles et spirituelles. François a définitivement posé ses appuis, des gestes concrets seront attendus dans les prochains mois.

En attendant, gardons cette photo en tête, car elle nous dit tout de l'Église, de son idéal d'égale dignité et de grande liberté qu'elle entend défendre pour chacun de ses membres, quelles que soient leur place ou leur fonction. Elle représente sa diversité et son unité profonde, mais rappelle aussi ses dissensions politiques, ses défauts, ses incohérences, ses paradoxes qui ont créé une telle situation. Le peuple de Dieu est décidément divers, imparfait, faillible, mais surtout, d'un Pape à l'autre, en marche et à la recherche de son absolu. Bref, cette photo est historique pour l'Église : elle témoigne de l'histoire qui est son chemin, et de la prière son bâton de berger.

Bosco d'Otreppe


1Suite à de nombreux témoignages, la polémique semble s'essouffler autour de la personne du Pape, mais elle soulève, il est vrai ,la question des positions souvent ambigües prise par l'Église face à d'autres dictatures (particulièrement de droite).


 

23/03/2013

Un bilan

2664717_mlm1160-419899-01-02-new.jpgLundi Les Carnets du Vatican se posent, s'arrêtent, font le tri et racontent ces quelques semaines si chargées et si particulières vécues au Vatican.

La journée d'aujourd'hui aura illustré à elle seule à quel point ce qui se vit est particulier alors que François a rendu visite à Benoit à Castel Gandolfo. "Nous sommes frères" a dit le Pape avant de s'agenouiller aux côtés de son prédécesseur.

Regardez cette photo; qui il y a deux mois aurait imaginé voir un jour une telle situation?

 

22:54 Publié dans Catholicisme, Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

13/03/2013

"Le Saint Esprit vous a bien eus"

Un Pape venu de loin a surpris pèlerins et journalistes. Mais hier soir à Rome, la foule fut joyeuse et attend l'avenir avec impatience.


L'Élection du Pape François di KTOTV

19h Place Saint-Pierre. Il fait nuit, il pleut. Des dizaines de milliers de fidèles scrutent, fébriles, une simple cheminée qui s'échappe des toits de la Chapelle Sixtine. Ils sont entre amis, en famille, ils reviennent du boulot en marchant d'un pas pressé sous leur parapluie. On croise énormément de prêtres, des sœurs, des moines aussi. Depuis 24 heures, le toit d'une chapelle de la Renaissance et l'identité d'un futur Pape rassemblent les catholiques et la ville de Rome. Parce qu'ici, en Italie, le Pape c'est « quelqu'un », une « présence », même pour ceux qui n'ont pas la foi. Bref, la place Saint-Pierre attend, et la pluie ne la décourage pas.

19h05 Ca y est ! Une fumée s'échappe ! Elle est... noire, non blanche... grise ? On hésite, on se regarde. Oui elle est blanche ! Belle et bien blanche! Viva el Papa, Habemus Papam, les catholiques ont un Pape ! La foule explose littéralement, les gens s'embrassent et s'étreignent joyeusement. Les cloches de la Basilique résonnent à tout rompre. Le moment est grisant, haletant, historique.

Mais il faut attendre maintenant. Et puis, qui est ce Pape ? Tout le monde se lance dans les derniers pronostics. O'Malley ? Ouellet, Scola ? Scherer ? Sur les toits du Vatican, les statues de 140 saints regardent frémir leur Église.

20h12 Une heure d'attente ! La patience est la reine des vertus au Vatican. Pourtant la foule est joyeuse, de cette joie d'être ensemble qui a caractérisé l'Église depuis quatre semaines malgré la période inédite qu'elle a traversée. Mais ça y est, derrière le balcon central de la Basilique le rideau bouge, la foule s'anime, et arrive le Cardinal Tauran. « Je vous annonce une grande joie » lance-t-il en latin à des pèlerins qui se taisent de suspens. « Nous avons un Pape. Il s'agit du Cardinal Jorge Mario Bergoglio ». « Qui ? » se demandent les catholiques inconsciemment. « Le Saint-Esprit vous a bien eus », lance aux journalistes une joyeuse bonne soeur. C'est vrai personne ne s'y attendait vraiment. « Mais il vient d'où ? De quel pays ? » demande une autre tout excitée. « De l'Argentine, c'est le premier pape des Amériques. Et en plus il prend un nom inédit » explique un confrère. « Est-on au bout de nos surprises ? »

20h22. Le Pape est là, tout de blanc vêtu. Les catholiques plissent des yeux pour reconnaitre son visage et lui, leur adresse un tout petit salut. Silence. Il regarde la place et ne dit rien pendant de longues secondes. La foule attend, intriguée et amusée. « Frères et soeurs bonsoir » dit alors le nouveau Pape. « Mes frères cardinaux semblent m'avoir cherché au bout du monde ». Ouf ! La place éclate de rire et lui rend son salut par une grande ola spontanée. Mais quand il parle, tout le monde se tait. Très vite alors le premier pontife argentin impose son style. Il remercie sous les applaudissements et les remerciements émus des catholiques son prédécesseur, Benoit XVI. Il entonne le Notre Père, prie le Je vous salue Marie avec son peuple, l'encourage à « entreprendre un chemin d'amour et de fraternité » .

Le Pape François est un homme de Dieu, c'est certain. Et avant de bénir les siens, il leur demande humblement de prier pour lui. Il s'est choisi le prénom de François, celui du grand saint d'Assise qui prônait la simplicité, l'attention aux pauvres et le respect de la nature. « Tout ce dont nous avions besoin non ?» explique Giullia une jeune romaine.

Les catholiques ont leur Pape, on les entend soulagés et heureux. Rome retrouve le calme de la nuit, et le nouveau Pape François surement aussi.

Bosco d'Otreppe