carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/12/2013

Pourquoi l'Église veut-elle vous reconquérir?

52b455813570105ef7d8e0d3.jpg

Car elle n'a pas oublié votre adresse et entend vous le faire comprendre. Mais pourquoi ?

On sentait bien que ce restaurant n'était pas un restaurant comme les autres. Comment dire ? Le service, la décoration, la saveur des plats ? Tout était pourtant rigoureusement professionnel...

C'est à 22 heures tapantes que nous avons découvert le stratagème, ou plutôt la Sainte Vierge illuminée soudain dans un coin de la vaste salle à manger par deux cierges embrasés. Tout s'est alors arrêté : le service, les conversations, le bruit, les regards furtifs, pour se fixer sur les quelques serveuses retrouvant leur vocation première, celle de religieuses, et leur activité essentielle, la prière. De l'eau vive alors, cet étrange restaurant, s'est élevé dans la nuit une série de cantiques à la Vierge, dont les étoiles romaines connaissent si bien les refrains.

L'eau vive, nous explique notre guide, n'est pas un restaurant comme les autres. « Il y a quelques années encore, avant que le lieu ne soit trop connu, il était un véritable repère à évêques et cardinaux. Échappés des murs du Vatican, en tenues discrètes, ils venaient y débriefer les journées. Mais la qualité première de cette adresse est qu'elle soit tenue par des religieuses qui y assurent le service et la gestion : les Travailleuses missionnaires de l'Immaculée. » Un nom bien long, pour des sœurs venues des quatre horizons ayant décidé d'offrir leur vie pour le Christ et son message. Le restaurant leur permet de financer leurs études à Rome, mais surtout, nous explique l'une d'elle, « de servir le pain quotidien, et en met principal, la nourriture spirituelle, la prière, l'eau vive, le message du Christ qui rassasie les âmes ».

Dans le centre historique de Rome, L'eau vive est à lui seul le résumé de la mission internationale de l'Église. Les religieuses, pour la plupart asiatiques ou africaines nous rappellent son histoire et son expansion réalisée depuis nos contrées ; leur présence à Rome, nous remémore combien la vétérane, mais parfois si fatiguée Église occidentale se nourrit aujourd'hui de la spiritualité énergique de ces continents plus lointains.

Mais trêve de resto, allons à l'essentiel. Car finalement, pourquoi cela doit-il exister des Travailleuses missionnaires ? Pourquoi tant de religieux à travers les temps, les terres, les mers se sont-ils usé les semelles pour aller clamer l'Évangile aux âmes les plus reculées ? Ne pouvaient-ils pas s'en satisfaire de leur foi, de leur Dieu, de leurs crucifix pour ne pas aller le proposer aux différents points cardinaux ? Et aujourd'hui que la crise de la chaise vide touche la grande majorité des églises occidentales, que la sécularisation taille des croupières aux paroisses, que la globalisation, la mondialisation et le multiculturalisme plongent nos langages (quels qu'ils soient) dans des doutes profonds, qu'ont-ils à parler, au Vatican, de la nouvelle évangélisation qui entend reconquérir l'Europe perdue ? Car ne vous en faites pas, pratiquants fidèles ou intrépides païens que vous êtes : le Vatican n'a pas oublié votre adresse, et entend bien rappeler le Christ à votre bon souvenir. Alors, passons les faits : oui en Europe occidentale l'Église est en crise de vocation, de foi, de ferveur ; et venons-en aux racines : comment, avec qui et pourquoi l'Église compte nous reconquérir.

Pourquoi ? Parce qu'il y eut un homme en Galilée

Car Jésus, aussi bon qu'il fut sur les chemins de Galilée, n'a pas trop laissé le choix à ses apôtres (qui ne se sont pas fait prier – reconnaissons-le). « Allez, faites de toutes les nations des disciples ». Pouvait-on être plus clair ? Mais le Christ avait solidement assuré ses arrières pour ne pas prêcher dans le vide. Relisez les textes, les témoignages, écoutez les prêtres, les missionnaires d'aujourd'hui, un mot leur revient avec constance à la bouche : la joie. « Jésus est source de joie, de liberté, de bonheur, il a changé ma vie » nous raconte Anne-Laure, 21 ans, en pleine mission d'évangélisation pour la communauté de l'Emmanuel. « Un moment, cette joie déborde du cœur, que puis-je faire d'autre que de la partager ? » « Cela devient une vraie nécessité que de partager la foi » renchérit sa comparse Sixtine.

« La foi est la clé de mon bonheur, que pourrais-je offrir de plus beaux aux autres que le message du Christ, de quoi pourrais-je témoigner d'autre si ce n'est de l'amour de Dieu ?» Anne-Laure résume à elle seule ce que nous avons perçu chez de nombreux croyants. On peut y voir bien entendu une version naïve et bien éloignée des véritables desseins de l'Église, impatiente qu'elle serait, tel un puissant lobby, de reconquérir un pouvoir d'influence perdu. Sans doute y a-t-il des deux, mais sans doute pouvons-nous dire avec assurance que l'élan principal est bien cette envie sincère de partager un sentiment intérieur. « Le bonheur n'est rien s'il n'est pas partagé », rapporte un dicton. C'est exactement cela, avec chez les catholiques, si on les écoute, une dimension essentielle et vitale dans ce partage.

« Allez vers les autres, vers les périphéries » insiste sans cesse le Pape François. « Souvenez-vous du Christ mort sur la croix, pour nous sauver, les bras grands ouverts sur le monde » rappelle un vieux prêtre romain en pleine homélie. « Notre Dieu est un dieu centrifuge qui nous envoie vers les autres pour partager et jamais imposer » explique le philosophe catholique Martin Steffens. Car le chrétien a des balises bien claires pour évangéliser, celles de la liberté de l'autre. Pourtant est-il possible d'évangéliser sans tomber dans le prosélytisme ? L'équation est-elle envisageable ? Comment les catholiques se justifient-ils ? Il nous reste trois articles, et tant de choses à découvrir.

Bosco d'Otreppe depuis Rome

Une série d'articles réalisée avec l'aide du Fonds pour le journalisme

52b61bb73570105ef7d9ce6f.jpg

 

13/12/2013

Le pape n'est ni socialiste ni économiste

pope-francis-time-magazine-cover.jpgPourtant, n'aurait-on pas pu le croire ?

Ce fut la polémique de la quinzaine. Avant qu'il soit élu personnalité de l'année par le magazine Time, François avait fait frémir les rédactions avec son exhortation apostolique Evangelii Gaudium et ses propos sur l'économie et la finance (et on sait à quel point ces quelques syllabes mises bout à bout aiguisent les passions). Deux exemples ?

Paragraphe 53 :

De même que le commandement de “ne pas tuer” pose une limite claire pour assurer la valeur de la vie humaine, aujourd’hui, nous devons dire “non à une économie de l’exclusion et de la disparité sociale”. Une telle économie tue. (...) Aujourd’hui, tout entre dans le jeu de la compétitivité et de la loi du plus fort, où le puissant mange le plus faible. (...). On considère l’être humain en lui-même comme un bien de consommation, qu’on peut utiliser et ensuite jeter.

Et paragraphe 204 :

Nous ne pouvons plus avoir confiance dans les forces aveugles et dans la main invisible du marché. (...) Loin de moi la proposition d’un populisme irresponsable, mais l’économie ne peut plus recourir à des remèdes qui sont un nouveau venin, comme lorsqu’on prétend augmenter la rentabilité en réduisant le marché du travail, mais en créant de cette façon de nouveaux exclus.

Alors François est-il socialiste, anticapitaliste ou marxiste ? Pire, est-il compétent pour tenir de tels propos ? Très bien résumés par cet article de LaVie.fr, les débats ont chahuté bien des commentateurs.

Rappelons cependant que ces paroles sont loin d'être inédites dans la bouche d'un pape, qu'elles s'inscrivent pleinement dans la droite ligne de la doctrine sociale de l'Église (sur laquelle nous reviendrons largement en 2014), et qu'elles ne sont pas du tout marxistes ou socialistes à proprement parler.

Soulignons plutôt qu'elles ne sont pas signées par un politicien ou un économiste ; c'est un catholique qui les a prononcés, et c'est à ce titre qu'elles pourront être considérées à leur juste valeur. « Le pape François n'est pas un économiste, mais un pasteur » rappelle Michael Sin Winters, du National Catholic Reporter. « Il souligne le danger pour la foi du libertarianisme et du néo-libéralisme de marché. Ces systèmes économiques ont non seulement échoué à réaliser le bien commun, mais ils ont aussi rendu les gens esclaves et empêché leur pleine réalisation précisément parce qu'ils ne laissent pas de place pour Dieu. »

L'indéboulonnable primat

Car que dit le pape ? Il souligne simplement comme beaucoup l'ont fait avant lui que l'Homme n'est pas à sa place s'il n'est pas au coeur de tout, si l'accomplissement de sa vie en plénitude n'est pas l'objectif ultime, et s'il est condamné à servir l'argent, le marché et l'économie. Et pour un pape, un homme peut-il s'accomplir pleinement s'il ne peut laisser de place à la transcendance, à la charité, à la fraternité ? Si un seul de ses frères est rejeté, oublié et marginalisé ?

57. Derrière ce comportement se cachent le refus de l’éthique et le refus de Dieu. Habituellement, on regarde l’éthique avec un certain mépris narquois. On la considère contreproductive, trop humaine, parce qu’elle relativise l’argent et le pouvoir. On la perçoit comme une menace, puisqu’elle condamne la manipulation et la dégradation de la personne. En définitive, l’éthique renvoie à un Dieu qui attend une réponse exigeante, qui se situe hors des catégories du marché. Pour celles-ci, si elles sont absolutisées, Dieu est incontrôlable, non-manipulable, voire dangereux, parce qu’il appelle l’être humain à sa pleine réalisation et à l’indépendance de toute sorte d’esclavage. L’éthique – une éthique non idéologisée – permet de créer un équilibre et un ordre social plus humain.

Bien sûr François sensibilise les dirigeants à la « nécessité de résoudre les causes structurelles de la pauvreté », mais son discours s'arrête là, à ces quelques prémices sur lesquels sa foi ne le laissera pas transiger.

C'est ainsi qu'il serait judicieux d'analyser son discours comme n'étant pas seulement politique, mais surtout anthropologique. « La crise financière que nous traversons souligne encore le pape, nous fait oublier qu'elle a à son origine une crise anthropologique profonde : la négation du primat de l'être humain ».

On y revient toujours finalement à ce primat qui fonde la vision que l'Église a pour l'humanité, et à ce qu'elle induit : le combat écologique et social, l'accueil, l'égalité, la charité, le refus de la violence et de l'instrumentalisation du corps (prostitution, recherche sur embryons...), la nécessité de mettre en place des soins palliatifs, d'investir dans les maisons d'accueils pour éviter à tout prix l'avortement, l'euthanasie... La vie humaine pour le catholique est une valeur absolue que l'on ne peut brader sous aucun prétexte, et l'économie doit être à son service, sans excuses et sans faux fuyant.

203. La dignité de chaque personne humaine et le bien commun sont des questions qui devraient structurer toute la politique économique, or parfois elles semblent être des appendices ajoutés de l’extérieur pour compléter un discours politique sans perspectives ni programmes d’un vrai développement intégral. Beaucoup de paroles dérangent dans ce système ! C’est gênant de parler d’éthique, c’est gênant de parler de solidarité mondiale, c’est gênant de parler de distribution des biens, c’est gênant de parler de défendre les emplois, c’est gênant de parler de la dignité des faibles, c’est gênant de parler d’un Dieu qui exige un engagement pour la justice.

Alors vous savez, de savoir si son discours s'accorde ou non avec le système actuel, le pape sans doute s'en soucie-t-il bien peu. Il n'a pas pour ambition d'être socialiste, capitaliste, économiste ou marxiste ; il a pour unique vocation celle d'être chrétien.

Bosco d'Otreppe à Rome

 

10/12/2013

Le pape, ses petits boulots et la joie de l'Évangile

Quand les Carnets reviennent en radio sur Evangelii Gaudium et les dernières nouvelles sur le pape François.