carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

06/11/2013

Le Vatican remue ciel... et terre

3416689_3_39ab_le-manque-de-vigilance-rend-tiede-le-pasteur_99e210879655c0d7b888869bfcb3b3e0.jpgL'Église se veut plus à l'écoute de son époque, et se lance dans une consultation mondiale sur la famille. Mais quels seront les résultats? Aussi inédits que cette démarche de transparence?

« Un synode qui change » titrait ce 6 novembre l'Osservatore Romano. Et ce n'est pas anodin, tant l'Église se met au « remue-méninges participatif » expliquait Le Monde, pour préparer un synode des évêques qui se tiendra à Rome dans un peu moins d'un an autour des « défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation ».

Autant vous dire que le sujet est brulant, tant il touche à des thèmes sensibles (la famille vue par l'Église comme « l'institution fondamentale de la société », les divorcés remariés, l'accueil des personnes vivant une relation homosexuelle, l'écoute des couples en difficulté...) avec, en corolaire, des débats sur la miséricorde, sur les sacrements et sur le sens et les moyens de la pastorale.

Sur le fond donc il y a de la matière, et nous y reviendrons largement la semaine prochaine. Mais aujourd'hui, c'est sur la préparation inédite de ce synode qu'il est intéressant pour une fois de se pencher, tant elle illustre à elle seule cette soif d'écoute, de dialogue et de synodalité qui caractérise entre autres le pontificat de François.

Dans un souci de se rendre compte de ce qui se passe sur le terrain, le Vatican a envoyé à tous les diocèses du monde une liste de 38 questions portant sur la manière dont le mariage se vivait (ou ne se vivait plus), sur la transmission et la réception de son message, sur quelques pistes à envisager pour répondre aux défis du XXIe siècle. Car « c'est évident » a souligné Monseigneur Baldisseri, secrétaire général du Synode des évêques, « que la crise sociale et spirituelle du monde actuel a des conséquences sur la vie familiale et crée une vraie urgence pastorale ».

Comment, avec qui, pour quoi ?

Tous les diocèses seront donc amenés à diffuser « le plus largement possible » ce document (que vous pouvez consulter ici), à charge ensuite, pour chaque pays, de synthétiser et faire remonter les réponses à Rome d'ici le mois de janvier.

Ce n'est pas la première fois que le Vatican, dans le cadre de la préparation d'un synode envoie un questionnaire aux différents diocèses du monde, mais c'est la première fois qu'elle le présente aux médias, et qu'elle demande si ouvertement qu'il soit diffusé largement. Pour autant, à notre connaissance, très peu de recommandations méthodologiques ont été précisées aux évêques.

Ainsi il est légitime de se demander qui lira réellement ce document. De plus, si certains évêques le soumettent aux communautés de base, comment sera-t-il présenté alors qu'il fait appel à des notions théologiques ou catéchétiques très précises ? Et puis surtout, la manière dont seront traités et triés les résultats n'est pas encore claire. Les réponses à ces interrogations pratiques devront être apportées par chaque diocèse au cas par cas, mais se pose du coup une autre question: celle de la valeur à accorder aux réponses qui seront issues de démarches diverses à partir de personnes diverses (dans certains pays les évêques auront sans doute répondu seuls, dans d'autres ils auront consulté leurs prêtres ou même leurs paroissiens..., ce qui donne aux réponses des statuts différents).

François, fidèle à lui même et fidèle aux siens

Au-delà de ces interrogations, notons que le pape reste fidèle à son Église. « Une première lecture des questions » nous explique un prêtre, « nous fait percevoir qu'elles ont été rédigées en fonction de la doctrine de l'Église que le synode ne viendra pas bousculer ». Sur ce point, le Vatican n'a pas trompé sur la marchandise, lui qui a rappelé que les discussions porteraient sur la pastorale, c'est-à-dire sur l'accompagnement du croyant et la manière d'enseigner la Parole de Dieu, et non pas sur les éléments de la foi. Dans ce cadre donc, le pape François reste fidèle à son pontificat : par des démarches qui lui sont propres, il tente d'une part de rapprocher les catholiques de leur Église, en soulignant la miséricorde divine, et en encourageant l'accueil et la rencontre ; il souhaite, d'autre part, renouveler l'organisation de celle-ci autour de la synodalité et de l'écoute que la transparence de cette initiative vient illustrer.

Bosco d'Otreppe à Rome

P.S. Le synode « extraordinaire » des évêques sur la famille se tiendra du 5 au 19 octobre 2014. Il sera suivi en 2015 d'une assemblée générale ordinaire chargée quant à elle de prendre des décisions concrètes.

18:16 Publié dans Catholicisme, Religion, Rome | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Les commentaires sont fermés.