carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

16/07/2013

Rembrandt aux pieds des forêts

2013_07_14_JMJ_RIO_-_GOIAS_3e_JOUR-35

Les jeunes belges sont à Rio. Carnet de route numéro 4 : Lundi 15 juillet

Reconnaissons-le, nos journées brésiliennes sont prestigieuses. Autant pour un pèlerin que pour un journaliste, les découvertes, les accueils, les paysages et les surprises s'enchainent joyeusement.

Cet après-midi, guidés par Monseigneur Rixen (Dom Eugenio pour ses fidèles), nous rejoignons après plusieurs kilomètres de pistes Père Emmanuel, Sébastien, Valentin et Frère Yvan. Ils sont tous les quatre installés pour trois jours au fond d'une vallée splendide, isolés de tout et reçus au centre de réinsertion pour drogués.

Cela fait onze ans aujourd'hui que le diocèse a acheté cette ferme et les quelques hectares qui l'entourent pour recevoir les « dépendants chimiques » comme on dit au Brésil. Ceux-ci ne viennent que sur initiative personnelle nous explique dans la voiture Monseigneur Rixen . « Ici, du jour au lendemain on leur coupe tout accès au tabac et à la drogue, sans aucun médicament de substitution pour accompagner le sevrage. Pour améliorer leur vie, on compte sur l'amitié qui les lie pendant les neuf mois qu'ils passeront ici, sur la prière qui rythme la journée, sur le travail qui les structure tout autant que sur les psychiatres qui les suivent ». Tout n'est pas facile nous confie Monseigneur, et certains sont vite retombés dans la dépendance, « mais nous sommes encouragés par des trajectoires magnifiques ».

« Nous avons été accueillis comme des rois » nous explique un peu plus tard Valentin. « Chacun de nous quatre loge dans une chambre en compagnie de trois Brésiliens avec qui nous nous levons à 6 heures pour aller travailler dans les champs. À midi on partage le pain, on trait la vache, on s'occupe du potager, de la coriandre, des légumes, des bananiers, des fruits... et le soir, comme de coutume au Brésil, on organise une grande partie de foot ».

Les journées sont très rythmées. L'accueil, la beauté et la paix qui se dégagent cependant de ce lieu sont impressionnants. « Plutôt que d'aller jouer au foot, je préfère monter dans la colline avec Gabriel » nous explique Frère Yvan. « On y entend et on y admire des toucans, des perroquets et d'autres oiseaux insoupçonnés en Belgique ».

Avant de terminer la prière de l'après-midi, Monseigneur Rixen prend le temps de lire la parabole du fils prodigue ; ce fils qui avait gaspillé sa part d'héritage en menant une vie de désordre, mais que son père accueille avec pardon et honneur.

Réfugié dans les collines de l'Amérique latine, Dom Eugenio étend alors au milieu de nous une grande reproduction d'une peinture de Rembrandt représentant la scène, que nous regardons dans la lumière brésilienne. Qui sait si le peintre, dans son atelier hollandais, attelé à son œuvre, lui aurait imaginé une telle postérité ? En tout cas, en compagnie de ces jeunes brésiliens qui s'attellent eux à se construire une nouvelle vie, on se dit que la miséricorde et le pardon dont parle le texte nous concernent tous, et demeurent fameusement universels.

Bosco d'Otreppe à Goias

Les commentaires sont fermés.