carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

14/07/2013

Premiers pas, premières familles, et un Brésil conquérant

2013_07_13_JMJ_RIO_-_GOIAS_1er_JOUR-11

Les jeunes belges sont à Rio. Carnet de route numéro 2 : Samedi 13 juillet

Adossée à ses collines boisées, Goias est une petite ville magnifique où règne un parfum portugais. Les rues classées par l'UNESCO pour leurs lourds pavements posés par les esclaves sont larges, calmes, souvent ombragées et aux tons largement blancs et bleus. La bourgade fut la tête de pont dans la région pour l'expansion des colons. Au fil de ses églises, on y retrouve les grands courants artistiques européens, mais arrosés du soleil brésilien cette fois.

Avec quelques jeunes, nous enfourchons ce samedi après-midi les routes du diocèse pour rejoindre les paroisses et familles qui les accueilleront. L'ambiance est au suspens : qui vont-ils rencontrer, que vont-ils y découvrir ? Jusque mercredi, sans vouloir faire de l'humanitaire, ils partageront en toute simplicité la vie de ses Brésiliens. Certains visiteront des orphelinats, des centres pour drogués, d'autres partageront le repas des coupeurs de cannes à sucre, de planteurs, d'agriculteurs... Le programme est soigné et préparé depuis des mois par les jeunes du diocèse de Goias qui, enthousiastes de nous présenter leur vie locale et familiale, nous attendaient avec impatience.

Et cela se voit... dans les premières paroisses que nous découvrons ce samedi, nous nous retrouvons chaque fois accueillis par des chants, des danses, des drapeaux brésiliens et même, parfois, un drapeau belge cousu avec trois grandes bandes de tissus. « Préparez-vous à nettoyer de nombreuses assiettes » plaisante Maris-Stella qui accueille notre groupe dans le village de Nova Gloria. « Mais surtout à faire la fête ce soir avec nous, car notre paroisse célèbre son saint patron. » Par groupes de deux ou trois, les jeunes rejoignent leurs familles. Dans chaque village un interprète du groupe fera le lien entre eux et leurs hôtes ; le brésilen à ses accents que le français ignore (mais apprend doucement!).

Sous un soleil couchant (l'équateur tout proche nous plonge dans le noir dès 18h30), nous les laissons donc et toute confiance, attendons leurs récits mercredi matin avec impatience, et regagnons Goias à 200 kilomètres au sud. Joao Denes nous sert de guide et ouvre le chemin au volant de sa voiture. Sur une route isolée, il coupe phares et moteurs et nous fait admirer les étoiles, un dernier quartier de lune et la Voie lactée. Enfant d'agriculteur nous raconte-t-il alors, il est aujourd'hui un tout jeune avocat, et défend les petits exploitants familiaux. Le défi pour ces petits agriculteurs est d'avoir accès à une terre trop souvent colonisée par de gros exploitants. « La politique nationale actuelle qui entend faire du Brésil le premier producteur et exportateur agricole du monde ne leur est vraiment pas favorable. Les grands propriétaires conquièrent toutes les terres, appauvrissent les sols avec des monocultures intensives, beaucoup trop de pesticides, et reçoivent énormément de subsides. Je ne suis pas contre l'agrobusiness, mais si l'argent était mieux partagé entre les grands et les petits agriculteurs, je suis convaincu que le Brésil produirait bien plus, bien mieux et que tout le monde y gagnerait. » Nous reviendrons sur ces problématiques sociales, économiques, écologiques extrêmement importantes pour l'avenir du pays et pour lesquelles l'Église catholique locale, sa doctrine sociale sous le bras, est très attentive.

En attendant, nous retrouvons Goias et l'abordons en longeant le Rio Vermelho, son généreux cours d'eau dans le bas de la ville. Sur la belle place devant la cathédrale, quelques jeunes du groupe qui rejoindront demain leurs familles profitent de l'ambiance et des musiques festives du samedi soir pour prendre un dernier verre. Guidés par Monseigneur Rixen, l'évêque belge du lieu, ils reviennent d'une longue promenade sur les collines avoisinantes et une soirée de prière dans l'esprit de Taizé ; le Brésil ne semble décidément pas avoir mis beaucoup de temps pour les conquérir.

Bosco d'Otreppe à Goias

 

Retrouvez toutes les photos sur Flickr : http://www.flickr.com/photos/27562053@N02/sets


Les commentaires sont fermés.