carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/05/2013

Belzebuth a rejoint les cieux

giulio-andreotti.jpgGiulio Andreotti s'est éteint à l'âge de 94 ans, et avec lui c'est tout un monde qui s'en va nous confient plusieurs jeunes italiens qui ne l'ont pourtant que très peu connu.

Belzebuth comme ses ennemis aimaient à le surnommer, l'inoxydable comme l'avait baptisé la Péninsule, Saint Giulio comme l'appelaient ses amis, sont trois des nombreux surnoms que portaient cette figure de proue de la démocratie chrétienne italienne, qui fut 21 fois ministre et 7 fois président du Conseil.

Comment résumer, ou pire, qualifier la vie de cet homme à l'humour féroce, aimé par certains, détesté par d'autres qui, des années cinquante aux années nonante, en passant par les années de plomb, fit le jour et la nuit de cette Italie si mystérieuse ?

Ami des papes, proche des plus grandes personnalités du Vatican, catholique fervent, même la justice a dû revoir son jugement sur cette personnalité qui fut accusée de tout, mais finalement toujours innocentée. Relisez sa vie (http://www.lalibre.be/actu/international/article/814042/le-dernier-tour-de-giulio-andreotti.html), elle vaut tous les romans historiques italiens, retrouvez aussi le film qui lui fut consacré.

De cette personnalité au physique si souvent caricaturé (épaules rentrées, oreilles décollées...), c'est finalement le mystère que l'on gardera, et non les secrets des coulisses italiennes qu'il emporte à jamais dans sa tombe.

 « Une chose est sure », affirmait la Reppublica ce mardi, « Andreotti a été un personnage inquiétant et indéchiffrable, un mélange savamment dosé entre un mandarin chinois et un cardinal du XVIIIe siècle. (…) Il a été impliqué dans une foule de scandales, sans que l'on n'ait jamais pu prouver quoi que ce soit contre lui. (…) Il y a des indices, des amitiés, des liens, des hommes de main. Tous ces éléments tournent autour du personnage d'Andreotti et laissent penser qu'il pourrait avoir été le grand protecteur, le parrain. Un point de référence, mais rien de plus. Car cet homme si controversé et si influent ne donnait jamais d'ordres. Il se contentait de suggérer, de conseiller, d'encourager et de protéger. »


Bosco d'Otreppe

Les commentaires sont fermés.