carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/05/2013

C'est qui le pape?

Vatican-Francois-accueille-Benoit-XVI-de-retour-apres-deux-mois_reference.jpg

Situation inédite. Pour la première fois dans l'histoire moderne de l'Église, deux papes cohabitent ensemble dans le plus petit État du monde. Jeudi en effet, Benoit XVI a quitté les hauteurs de Castel Gandolfo (la résidence d'été des papes où après sa renonciation il s'était reposé deux mois), pour rejoindre le Vatican et habiter dans l'ancien monastère Mater Ecclesiae réaménagé pour l'accueillir lui, ses livres, et ses proches (son frère Georg y bénéficiera d'une chambre, et soeur Birgit, sa secrétaire, d'un petit bureau).

 Il n'en fallait pas plus pour que chez certains vaticanistes bruissent de nouvelles inquiétudes et de nombreux questionnements. Comment va se dérouler cette cohabitation ? Les deux papes vont-ils souvent se rencontrer ? Benoit va-t-il tenter d'aiguiller François ? Et s'il n'est pas d'accord avec ce dernier, va-t-il le lui dire en le croisant fortuitement dans les jardins du Vatican ? Pire, des cercles d'influents cardinaux vont-ils se former autour d'eux ? Le Vatican fait face à la difficile gestion d'une anomalie titrait même ce samedi le réputé Corriere della sera.

Pourtant, soyons de bon compte, il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Si la situation est nouvelle, elle reste très claire : le pape actuel est François. Benoit XVI a toujours promis de s'effacer dans la discrétion et la prière, et on peut compter sur lui. S'il n'y eut d'ailleurs aucune vidéo de leurs retrouvailles jeudi, c'était bien le choix du pape allemand : il ne voulait pas d'un retour médiatique. Seule une photo suffisait pour rassurer sur son état de santé. De plus, les deux papes se respectent infiniment et souhaitent sincèrement le bien de leur Église, ils serviront donc au mieux celle-ci en restant fidèles à leur parole et leur fonction. Enfin, rappelons que si entre les deux papes les mots, les gestes, les intonations, les symboles sont différents, le message reste le même : celui des évangiles, et d'une doctrine fidèle à celle qu'a toujours prônée l'Église depuis Vatican II.

François est-il un vrai pape ?

Ce qui chamboule certains au Vatican est l'apparence qui transparait de la fonction pontificale depuis la renonciation de Benoit XVI : une apparence moins sacrée.

En renonçant, le pape Benoit a en effet créé un sérieux précédent, rappelant à quel point le souverain pontife n'était que (façon de parler) le vicaire du Christ. Depuis lors, les gestes simples de François, sa parole spontanée, sa volonté de s'approcher des plus pauvres, sa façon discrète de s'habiller, son choix de rester habiter dans la sobre maison Sainte-Marthe plutôt que de rejoindre les appartements pontificaux, son souhait de se présenter comme évêque de Rome attaché à son peuple... bouleversent les habitudes. Sans oublier qu'à un niveau plus politique, François comme ses prédécesseurs, mais de manière sans doute plus directe, a toujours tenu à relativiser le rôle des institutions vaticanes face à ce que doit-être la vocation première de son Église : le témoignage de l'amour divin. Cette mise en garde face à une Église trop « mondaine » ou « bureaucratique », sur fond de réorganisation prochaine de la Curie, le gouvernement du Saint-Siège, agite certaines conversations à l'ombre de la basilique Saint-Pierre...

Mais à nouveau, et jusque dans les colonnes de l'Osservatore romano – le quotidien du Vatican, les proches de François se veulent rassurant. En bon jésuite affirment-ils, le pape prendra le temps d'étudier les dossiers, écoutant tout le monde avant de prendre la moindre décision.

La majorité des catholiques d'ailleurs ne s'affairent pas autour de ces questions qui participent du jeu des journalistes : les audiences et les messes du pape attirent une foule enthousiaste, très (très) nombreuse, qui étonne beaucoup d'observateurs. François y prie et y parle avec beaucoup de caractère et beaucoup d'attention, rappelant l'ambition qu'il a pour son Église; Église qu'il veut unie, pauvre, aimante et au plus proche de son Dieu. « Nous chrétiens nous ne sommes pas choisis par le Seigneur pour de petites bricoles, allez toujours au-delà, vers les grandes choses » rappela-t-il d'ailleurs le dernier dimanche d'avril.

Keep calm donc. François n'a pas oublié qu'il était pape, malgré la simplicité avec laquelle il assume sa charge.

Un pape n'est pas l'autre, mais l'Église a besoin de chacun pour défricher sa voie. C'est d'ailleurs bien Benoit XVI qui a souhaité nous le rappeler, sans vouloir créer la moindre anomalie.

Bosco d'Otreppe à Rome

Les commentaires sont fermés.