carnets du vatican
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/03/2013

À Castel Gandolfo, on salue le nouveau voisin

Castel-Gandolfo1.jpgCastel Gandolfo. La jolie place du village dessinée par le Bernin, rehaussée d’une fontaine, de quelques bistrots, d’une mairie et d’une église regarde avec affection le palais apostolique, la résidence d’été des papes, qui trône en son cœur.

"Nous les aimons bien, nos papes", nous explique d’ailleurs Alessandro, un natif du coin qui nous guide depuis la gare. "Chacun d’eux a donné au lieu une atmosphère particulière. Et que Benoît XVI choisisse notre compagnie pour se reposer, c’est un honneur pour nous."

Car Castel Gandolfo, c’est d’abord une belle bourgade perchée à 25km au sud de Rome sur les hauteurs du lac d’Albano. C’est un lieu mythique aussi, celui d’Albe-la-Longue, la cité rivale de la Rome antique. Et depuis 400 ans maintenant, c’est le refuge pastoral, la retraite préférée des papes qui se sont succédé sur le siège pétrinien.

C’est Clement VIII qui s’est lancé dans l’aventure de cette résidence en 1596. Depuis lors, tous les papes ou presque s’y sont reposés avec bonheur. Sur place, les responsables de la maison pontificale se souviennent encore des promenades de Jean XXIII dans les collines environnantes, des chants lors des veillées que Jean-Paul II organisait avec des jeunes, des morceaux de Bach ou de Mozart que Benoît XVI engageait au piano. Paul VI comme Pie XII y sont décédés, mais durant la Seconde Guerre mondiale, les appartements de ce dernier abritèrent une maternité, et protégèrent des combats la naissance de 40 bambins.

Castel Gandolfo demeure une propriété extraterritoriale de 55 hectares avec une ferme, une école, des champs qui accompagnèrent l’histoire de la papauté.

Pour autant, cet après-midi, l’ambiance y est inédite. Les catholiques sont venus nombreux pour saluer leur pape qui, quelques minutes avant de se démettre de ses fonctions, a tenu à saluer une dernière fois la foule rassemblée sous son balcon.

A 17h d’ailleurs, ça y est. Les cloches des églises résonnent dans la vallée pour accueillir Benoît XVI qui en ce moment décolle de Rome. Sur la place, les pèlerins entonnent un chapelet les yeux rivés vers le ciel bleu de la fin d’après-midi.

"Je l’ai suivi dans tous ses voyages", nous confie une Allemande. "C’était mon pape et je vais le regretter, mais je suis heureuse de le voir si entouré ce soir."

Quand, quelques dizaines de minutes plus tard, Benoît XVI apparaît au balcon, l’on se dit que les pèlerins auront du mal à le quitter. Face a des gardes suisses stoïques, la place explose d’applaudissements. Le moment est impressionnant.

"Merci à tous". Le message du pape est court, mais tourné vers son peuple qu’il encourage à avancer avec le Seigneur. "Bonne nuit", souhaite-t-il alors avant de bénir la foule et de s’en retourner dans ses appartements. Dans deux heures, le pape redeviendra selon ses mots "un simple pèlerin".

Loin du Vatican, le village retrouvera d’ici peu son calme habituel. Benoît XVI pourra alors profiter pleinement de son repos. Le printemps réveillera les jardins, les récoltes pourront reprendre dans les champs de la propriété, la vue sur la mer s’éclaircira, les troupeaux pontificaux se reposeront à l’ombre des oliviers, des chênes et des pins. L’ancien pape replongera dans la prière et la lecture et, de la place du village, sans doute pourra-t-il entendre monter jusqu’à lui l’ambiance italienne, les résumés animés du dernier match de la squadra locale, le dimanche matin, à la sortie de la messe. Car c’est ça aussi Castel Gandolfo.

Bosco d'Otreppe

10:44 Publié dans Catholicisme, Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Les commentaires sont fermés.